Jean Houel

C'est quoi un conte ?

C'est d'abord une transmission orale, entre une bouche et des oreilles, mais aussi entre le corps du conteur et ce que ressent et perçoit l'auditoire. Le conteur ne raconte pas seulement avec sa bouche, il raconte aussi avec des expressions, les images qu'il fait naître.


Dans vos rêves les plus fous, où et comment aimeriez-vous conter ?

Devant un grand auditoire comme les grands conteurs actuels. Mais ça reste un rêve, parce que cela nécessiterait une infrastructure professionnelle ; comme je ne suis pas un homme de spectacle et que je ne souhaite pas le devenir, c'est contradictoire, ça reste un rêve.

 

Quel est votre conte ? Ou le conte idéal ?

Le conte classique que j'ai bien aimé raconter ces derniers temps, qui est un conte archi-connu, c'est "la soupe aux cailloux".


Y a-t-il une différence entre conter et raconter ?

Pas vraiment, pour moi il n'y pas énormément de différence. Conter a plus d'amplitude, de noblesse parce qu'il y a toute une histoire du conte. Raconter, çà peut concerner la vie quotidienne. Raconter, c'est plus informer, çà peut être une anecdote. Conter c'est plus ambitieux.


 Vous racontez-vous des histoires ?

A moi-même, oui, mais pas des grandes histoires, de petites anecdotes.


Vous sentez-vous de quelque part ?

Non pas vraiment, je suis un « parigot » au sens banal du terme. Si je devais me sentir de quelque part ce serait de Paris.