La brasserie Au Soleil de la Butte (Paris 18e) fait partie des quelques rares (trop rares) lieux dans la capitale, avec Le Petit Ney (Paris 18e) et La Ruée vers l’orge (Paris 3e), à proposer une programmation régulière autour du conte.

 

Le blog de Cristina Marino, journaliste au Monde

 


Nous vous accueillons les deuxième et quatrième lundis du mois

au sous-sol de ce restaurant de la Butte Montmartre
32 rue Muller Paris 18ème

 


Venir au Soleil de la Butte

Métros

Ligne 4 : Château Rouge (5mn, 400m)

Ligne 2 : Anvers (7mn, 500m)

Ligne 2-4 : Barbès Rochechouart (7mn, 650m)

Ligne 12 : Abbesses (9 mn, 650m)

(C'est Montmartre, ça monte, ça descendant...)


Ça s'est passé au Soleil de la Butte


Saison 2018-2019


Lundi 26 novembre - Elles déménagent


"Pour l’une, la retraite c’est demain. Sa maison refuge sera vraiment trop grande. Que faire ? Prendre la route, sans attaches ? Ou bien choisir une ville ? Peut-être la campagne, voire la mer … ?

L’autre se désole de voir sa cabane en bois s’envoler sous le souffle de la tornade. C’était un peu sa cabane au Canada, plantée là au milieu de rien, idéale pour son besoin de solitude.

Elles viennent chercher conseil dans une agence immobilière, la même, le même jour, alors …"


A la recherche d’un nouveau logement, Louise et Marie-Chantal se retrouvent par hasard à l’agence immobilière Keep Cool, installée pour l’occasion sur la scène du Soleil de la Butte.
Mais personne n’est là pour les accueillir ! Pour le plus grand plaisir du public venu nombreux, les conteuses vont patienter plus d’une heure !
Les maisons présentées sur les murs de l’agence ne semblent pas très solides ! D’ailleurs, que choisir ? Une maison ou un appartement ?  Une maison, ça a des avantages mais ça  a aussi des inconvénients !
Un appartement également...
Et pour passer le temps, Marie-Chantal et Louise racontent les problèmes rencontrés par ceux qui recherchaient, comme elles, un nouveau logement ! Que d’histoires ! De la maison de Monsieur Pierre abritant une sorcière à la dernière demeure de Cyprien le vigneron, tout ça n’est pas très rassurant !
 A la fin du spectacle, les conteuses n’avaient pas trouvé le logement idéal mais elles ont invité le public à retrouver son âme d’enfant pour chanter l’histoire du petit homme qui avait une drôle de maison ! et le public a chanté ! et en a redemandé !
Bravo les conteuses !



lundi 12 novembre - La bête du Gévaudan

Lorsque Charles Perrault publia « Le petit Chaperon Rouge » en 1697, il était sans doute loin de se douter que son conte trouverait une forme de réalité près de 70 ans plus tard dans des attaques cruelles et féroces perpétrées par une bête insaisissable dans le Gévaudan entre 1764 et 1767.

Dans un magazine on illustre un texte par des images, des photos ; ici ce sont les contes et les histoires de Martine Mangeon qui vont donner vie à l'enquête réalisée par Alain Bonet.


L’ombre de la bête dévorante rodait sur la scène du Soleil de la Butte ! Elle ricanait derrière le conférencier, se moquait des faits précis, datés, qu’il évoquait avec passion, les attaques sanglantes, les victimes, surtout des femmes et des enfants ; elle se moquait de l’incertitude quant à sa race, une hyène ? un loup ?  Un loup énorme, inconnu en France, qui serait venu de pays lointains…

L’ombre de la bête ricanait derrière la conteuse, encore des histoires de loups, de loups garous, et même du diable ! Quel honneur ce serait que d’incarner le Mal !

Et l’ombre de la bête dévorante a disparu, elle a regagné le domaine des mystères. A ce jour, pas le moindre poil, pas le moindre fragment d’os pour permettre de l’identifier !

Mais les passionnés de la bête dévorante et les chercheurs  continuent la quête.



lundi 22 octobre - Moi... gourmand ?

Un vrai gourmand se régale à l'avance du festin qui l'attend, il savoure la nourriture, et ensuite, il aime raconter son plaisir à d'autres qui lui ressemblent !


Il était une fois un jeune homme fort gourmand qui aimait faire ripaille, qui connaissait des tas d'histoires de bonnes tables, mais qui n'osait pas les raconter...

 

Et ce jeune homme c'est Ignace, personnage imaginé par la conteuse, ce gourmand qui l'accompagne, sur l'image sur scène.

Danielle va converser avec lui tout au long de sa contée, lui donnant même l'occasion de raconter lui même une histoire. Une belle trouvaille qui donne son rythme au spectacle et permet de passer d'une histoire à l'autre.

 

Ces histoires parlons-en. Danielle a puisé ses contes dans les collectages du XIXe siècle. Une époque où il y avait des paysans et des bourgeois, des valets et des servantes. Une époque où on pouvait se faire appeler "Grolet" ou "Tout-pour-la-tripe", où on pouvait diner en tête à tête avec un cabri bien rôti. Une époque où la gourmandise était "un vilain défaut". Mais ici point de défaut, point de péché, ici tout est bombance et ripaille, pour le plus grand plaisir des auditeurs.

 

Le clou du spectacle est quand la conteuse, ayant bien compris qu'elle a mis son auditoire en appétit, a pitié de nos papilles et offre à l'assemblée de succulentes friandises.

 

Bravo la Conteuse !

 



lundi 8 octobre 2018 - A portée de voix

« A portée de voix » raconte l’odyssée de compagnons autistes qui se battent durant des années pour acquérir une certaine forme de parole et pouvoir un jour partager leurs histoires avec un large public.

Marc Buléon

Lorsque j'ai lu le descriptif de ce spectacle, je peux bien l'avouer maintenant, je ne m'attendais pas à passer une soirée de divertissement.

 

Et bien, si ! Grâce à l'immense tallent de Marc Buléon j'ai rit, j'ai été ému, et j'ai rit encore.

 

Nous suivons le quotidien de huit personnes autistes, dans la préparation d'un spectacle.

Ces huit personnes sont bien plus que des personnages :

ils doivent affronter des difficultés lors de la préparation de leur spectacle, moi aussi ;

ils passent par des phases de doutes, moi aussi ;

ils sont prêts à renoncer face à l'obstacle, moi aussi ;

ils sont déboussolés face à l'inconnu, moi aussi.

Certes ils expriment leurs émotions à leur manière mais nous sommes, au fond, si semblables.

 

La parfaite maitrise des mots et de l'espace de Marc, nous permet de faire le voyage avec ces personnes, vibrer à leurs rythmes dans une symphonie d'émotions.

 

L'art du conteur à son plus haut niveau !

 

 

 

 

 

 Vous n'avez pas encore lu le billet de Cristina Marino ?

C'est par ici !



lundi 24 septembre 2018 - Histoires de voyages

Tout commence par une première  histoire. Contée un matin, elle fait naître chez celle qui l'écoute une émotion, puis un souvenir, et fait resurgir du fond d'un tiroir une clef, oubliée là depuis longtemps.

 

"...un indéniable talent et d’une belle présence scénique..."

 

De rencontres en histoires, sans en avoir l'air, la clef et la voix de Nyl...nous emmènent en voyage du bout des mots au bout du monde, en passant par toutes les émotions de la vie.

 

Encore une fois c'est Cristina Marino qui parle le mieux de ce spectacle :

http://contes.blog.lemonde.fr/

 

"J’ai bien aimé la façon dont Nyl… (était une fois) a puisé dans le vaste répertoire des contes de la littérature orale traditionnelle pour en tirer un petit échantillon d’histoires qu’elle a habilement mêlées à un récit de vie plus personnel autour de sa propre famille, avec notamment le personnage de la tante, célibataire et sans enfants, infatigable voyageuse qui a rapporté des histoires des quatre coins de la planète pour le plus grand plaisir de ses neveux et nièces. Ainsi nourri par ses souvenirs d’enfance, le spectacle prend une couleur intime, une touche d’originalité qui lui confère une saveur toute particulière, celle de ces madeleines de Proust que l’on déguste avec une pointe de nostalgie."

 



Lundi 10 septembre 2018 - Scène ouverte Cabaret Contes

Conteurs aguerris ou débutants, tout le monde a sa place lors de nos scènes ouvertes. C'est l'occasion de se "frotter" à un public, toujours bienveillant, il va de soi.
Pour que chaque conteur puisse passer, la durée du conte est limitée à 10mn.

Attention, il s'agit d'une scène ouverte réservée aux arts de la parole. Le conteur raconte dans l'instant avec son cœur. Donc les lectures et pièces de théâtre ne sont pas souhaitées.

C'était la rentrée ce soir là, au Soleil de la Butte.

 

Pour bien commencer cette saison 2018-2019, nous avons donné la parole aux conteuses et conteurs avec le traditionnel rendez-vous du "Cabaret contes".

 

Les conteurs ont offert un large choix d'histoires au public venu nombreux à cette première scène ouverte de la saison.

 

Des légendes, de la poésie, de la nature, de la ruralité, une tranche de vie émotion et même une histoire pour enfants !

 

Cette soirée a été une réussite, le Soleil de la Butte a fait le plein,

merci au public et merci aux conteux…

 

*****

 

(...) Ce qui fait selon moi la richesse et la saveur toute particulière de ces scènes ouvertes, c’est la grande variété que l’on peut y trouver non seulement dans le choix des histoires mais aussi dans la manière de les raconter. Cela peut aller d’une fidélité absolue au texte originel du conte à une (ré-)interprétation totale des motifs d’un récit. Mais ce toujours avec un même objectif : le plaisir de partager ces histoires avec le public, de lui faire découvrir ces univers très personnels.

 

Retrouvez l'intégralité de l'article de Cristina Marino sur son blog l'Arbre aux contes.